fbpx Critères d’une bonne chaussure | Clinique OPS

Critères d’une bonne chaussure

Que vous soyez adulte, enfant, sportif ou non, il y a certains critères à respecter lors de l’achat de vos chaussures.

Avant de les énumérer, voici un petit récapitulatif de la physiologie et biomécanique du pied.

 

Les pieds sont dotés d’un système nerveux complexe, composé de capteurs plantaires qui nous informent du positionnement du pied, nous donnent des informations nociceptives (récepteurs sensoriels à la douleur) et thermiques. Toutes ces informations sont traitées par le cerveau et permettent, par exemple, de ne pas se tordre le pied à chaque fois que l’on marche sur un terrain accidenté.

Le pied humain serait donc normalement tout à fait apte à supporter les variations du terrain et les impacts au sol. Cependant, pour des critères sociaux, esthétiques et de protection vis-à-vis du sol (froid, cailloux…), il est rentré dans nos mœurs de porter des chaussures.

On a longtemps expliqué aux gens que les bonnes chaussures étaient montantes pour bien maintenir les chevilles, qu’elles avaient un renfort interne permettant de maintenir le pied lors d’un mouvement de latéralité et qu’elle devaient être assez rigides afin d’éviter la déformation du pied. C’est en fait tout le contraire qu’il faudrait respecter.

Le fait de porter des chaussures trop épaisses et bloquantes anesthésie partiellement ces capteurs qui donnent de moins en moins d’informations au cerveau. Au fur et à mesure, les pieds deviennent dépendants d’un chaussage excessif.

 

¤ Les critères d’une bonne chaussure

La chaussure doit respecter ces 4 critères :

- être plate (sans talon ou très léger),

- être souple,

- présenter une semelle externe relativement fine,

- respecter la forme du pied.

 

Attention aux idées reçues ! On a souvent associé qualité et prix lors de l’achat d’une chaussure. Or, bien souvent, plus les chaussures sont simples et alliant de bons critères, plus leur prix sera réduit.

 

Par exemple, voici quelques modèles de chaussures respectant ces critères :

 

 

¤ Ce que nous déconseillonsbottine enfant.JPG

Nous déconseillons les chaussures très rigides, à semelles externes épaisses, absorbantes, avec un talon surélevé.

Imaginez le travail nécessaire aux muscles d’un enfant pour soulever une telle chaussure.

De plus, les chaussures montantes de ce type exercent un rôle de plâtre ou de minerve. Un fois le plâtre retiré, le pied aura forcément besoin de rééducation pour fonctionner normalement.

 

 

 

¤ Que faire concrètement ?

  • Pour les enfants

Le développement moteur et proprioceptif des capteurs plantaires chez l’enfant durera jusqu’à l’âge de 8 ans environ. Ils doivent marcher et courir pieds nus le plus souvent possible afin d’acquérir un pied suffisamment tonique à l’âge adulte.

bobux.JPG

 

Toutefois, si l’idée de laisser votre enfant pieds nus vous dérange, vous pouvez lui faire porter des chaussettes, ou des chaussures minimalistes (comme les chaussures Bobux, par exemple).

 

 

  • Pour tous

 

Des pieds trop peu entraînés, trop longtemps assistés par le port de chaussures ou de semelles orthopédiques passives seraient fortement en souffrance face à l’excès de travail musculaire qu’impose une marche pieds nus ou avec des chaussures plutôt minimalistes.

Il faut donc être prudent et progressif lors d’un retour à une chaussure plus simple et moins protectrice, surtout pour les personnes habituées au port de chaussures épaisses, lourdes, rigides et à talons.

Dans un premier temps, nous pourrions conseiller une rééducation douce, à la maison avec le port de chaussures minimalistes.

 

Pour conclure, marcher pieds nus est une bonne chose, cependant les sols agressifs et les variations de température ne nous le permettent pas. C’est pourquoi il est conseillé de marcher essentiellement avec des chaussures regroupant les critères énoncés ci-dessus, afin de stimuler au mieux votre pied.