fbpx Les talalgies | Clinique OPS

Les talalgies

Le terme talalgie désigne toutes douleurs ressenties au niveau du talon : elles peuvent être unies ou bilatérales, postérieures ou inférieures, localisées ou diffuses. La douleur peut en effet être diffuse, mais se localise très souvent sous le talon ou à l’arrière du talon, au niveau de l’insertion du tendon d’Achille.

 

De nombreuses causes peuvent être responsables de son apparition :

  • le mauvais chaussage,
  • la raideur musculaire,
  • une activité trop longue et inhabituelle,
  • un problème mécanique lié à la marche.

 

Les patients peuvent en souffrir au repos comme à l’effort, mais les premiers pas du matin sont souvent difficiles.

 

Différentes pathologies peuvent expliquer la douleur :

 

  • L’épine calcanéenne ou talalgie antéro-médiale :

 

Cette pathologie touche plus souvent l’adulte et le sujet âgé que l’enfant. Le patient se plaindra de raideur matinale et d’une difficulté à poser le pied par terre au réveil, mais cette douleur s’atténuera après quelques minutes. Elle apparaîtra également à la reprise de la marche après une station assise prolongée.

Une douleur vive à la palpation de la partie inférieure et médiale du talon, ainsi que du fascia plantaire dans sa globalité, sera signe de cette inflammation.

 

 L’épine calcanéenne pourra être détectée à la radiographie ou à la scintigraphie osseuse et révélera une excroissance osseuse sous le talon. Cette dernière ne sera pas la cause de la douleur  mais plutôt signe d’une traction trop importante de l’aponévrose au niveau de l’insertion du calcanéum.

 

 Certains médecins préconiseront une infiltration ainsi que la prise d’anti-inflammatoires qui permettront de gérer la douleur. Nous conseillerons dans un premier temps de réaliser des  étirements de la chaîne postérieure, des séances de kinésithérapie, des ondes de chocs et le port de semelles orthopédiques afin de régler directement la cause de cette douleur. En effet,  mécaniquement, un pied pronateur sera souvent associé à cette pathologie puisque l’effondrement du pied provoquera un excès de traction de l’aponévrose plantaire sur le talon.

 

 

 

  •  La talagie postérieure (Haglund et maladie de Sever) :

 

- L’Haglund se définit par le conflit mécanique entre la saillie osseuse du calcanéum et le contrefort de la chaussure. Il est lié à :

  • un mauvais chaussage,
  • une hypertrophie de la grosse tubérosité du calcanéum,
  • une rétraction de la chaîne postérieure.

 

La symptomatologie sera semblable à une bursite ou à une tendinite d’insertion du tendon d’Achille, on observera en plus une protubérance sur la partie postérieure du talon.

La douleur sera présente à la palpation et lors du contact de la chaussure sur cette zone.

 

 

 Il est conseillé de porter une chaussure munie d’un contrefort souple.

 

 La fabrication d’une paire d’orthèses plantaires comportant momentanément des talonnettes peut permettre de rehausser la zone de conflit.

 

 

 

 

 

- La maladie de Sever se définit par une ostéochondrose du calcanéum. Elle touche les enfants en période de croissance entre 8 et 14 ans et plus fréquemment les garçons que les filles.

 

La douleur se situera sur la face latérale et postérieure du talon, elle sera souvent associée à l’activité physique et s’atténuera avec du repos : la palpation et la marche seront douloureuses.

 

Il sera conseillé de ralentir l’activité physique, d’appliquer de la glace, d’effectuer des séances de kinésithérapie avec assouplissement des mollets.

 

 

  • Les talalgies moins fréquentes :

 

Le talon peut être le siège d’autres pathologies moins fréquentes comme la fracture de stress ou de fatigue par exemple. Il s’agit d’une pseudo-fracture des os causée par un stress répété ou inhabituel : cela ressemble plus à une fissure au niveau de l’os.

 

La cause est microtraumatique et apparaît le plus souvent après une augmentation brutale de la charge d’entraînement ou sur terrain dur.

 

La scintigraphie osseuse et l’IRM seront les examens idéaux pour détecter une fracture de fatigue.

Dans un premier temps, le traitement consistera à immobiliser le pied.

 

 

Dans toutes ces pathologies, nous rencontrons un trouble mécanique associé, qu’il serait utile de corriger. Venez nous rendre visite dans l’une des cliniques OPS, afin de réaliser un bilan complet de votre posture et de votre marche.